08 Fév

Bière & Moustache

Pour le meilleur et pour le pire, bière et moustache semblent liées à tout jamais. Au point qu’à l’instar de l’œuf et de la poule, on pourrait se demander qui est la cause de quoi. La preuve. L’image malheureusement dégradée de la bière est étroitement liée au profil type du buveur de bière, maltraité par des siècles de « vinocratie ». Le portrait-robot fait ainsi apparaître un homme rougeau et bedonnant, portant haut la dive moustache. N’est-ce pas la figure que l’iconographie donne depuis toujours à Gambrinus, prince légendaire des buveurs de bière, ventru autant que moustachu ? Une explication simple s’impose. Le buveur de bière est démasqué au moment même où il repose son verre, sa moustache – où l’emplacement qui lui est réservé – se parant d’une couronne de mousse qu’un vif coup de langue rend souvent des plus éphémères. Snapchat n’a rien inventé…

Aujourd’hui, la bière évolue, ses consommateurs aussi. Mais ce changement est souterrain, et personne ne semble s’en apercevoir. Comme dans le roman d’Emmanuel Carrère (1986) porté à l’écran en 2005, avec Vincent Lindon dans le rôle principal, où le personnage principal décide un matin de se raser… la moustache qu’il a toujours portée. Mais personne ne s’en aperçoit, pas même sa femme, pas même ses proches. Le titre du film ? La moustache. Tiens tiens…

Depuis 10 ans, des micro-brasseries ouvrent partout en France. Des bars à bières branchés font florès à Paris, Lyon, Bordeaux, Lille évidemment. Les blogs sur la bière se multiplient. Cette communauté de « beer geeks » est composée de jeunes gens souvent instruits et esthètes, portant couleurs flashy, chapeaux et pantalons trop courts. Les hispters. Une communauté qui a depuis quelques années remis au goût du jour… la moustache.

< Retour