Trappiste, bière d’abbaye, Triple… Quelles différences ?

Bière d’abbaye, trappiste, triple.. Ce sont des termes que l’on voit souvent ensemble dans les rayons de nos revendeurs et cavistes préférés.

Mais pourquoi parle-t-on de bière abbaye, trappiste ou non, ou encore de bière triple d’abbaye, de bière monastique etc…

Petit retour sur ces appellations qui ont beaucoup à raconter mais qu’il ne faut surtout pas confondre car il y a à boire et à manger.

Bière d’Abbaye

La bière et les abbayes, c’est vrai, c’est une longue histoire. Pourtant, aujourd’hui, ça veut tout et rien dire à la fois. On brasse effectivement des bières dans des abbayes depuis le Moyen Âge, voire même avant, mais ça s’est généralisé depuis que Charlemagne en a décidé ainsi au IXe siècle. Les moines des abbayes brassaient alors de la bière pour leur propre consommation, mais aussi pour les pèlerins et plus globalement les gens de passage.

C’est ce savoir-faire, et disons-le cette dose de nostalgie idéale à travailler pour tous les bons marketeurs, qui ont installé confortablement la bière d’abbaye dans la case “style populaire”.

La preuve, aujourd’hui, une bière d’abbaye n’est plus forcément en lien étroit avec une abbaye puisque cela peut être une bière :

  • Effectivement issue d’une brasserie installée au sein d’une abbaye comme la Westmalle et toutes les bières Trappistes
  • Issue d’une brasserie qui a récupéré une licence auprès d’une abbaye comme c’est le cas entre la multinationale AB Inbev et l’abbaye Notre-Dame de Leffe à Dinant en Belgique
  • Issue d’une brasserie située à proximité d’une abbaye comme c’est le cas pour l’abbaye désacralisée de Floreffe et la brasserie Lefebvre

Car en effet, l’abbaye dont le nom est utilisé n’est pas obligatoirement en activité. Il s’agit même parfois d’un nom emprunté à des ruines (Vauclair, Clairmarais ou Affligem). Parfois, les brasseries utilisant des noms d’abbaye qui n’existent plus reversent un pourcentage du chiffre d’affaires généré par les ventes aux ordres religieux.

Si tu veux en savoir plus tu peux lire notre article plus détaillé sur les bières d’abbaye : La bière d’abbaye, qu’est-ce-que c’est au juste ?

Bière Trappiste

Tu connais les moines trappistes ? Ils suivent des règles strictes en matière de vie monastique et ils brassent de la bière !

La bière trappiste est brassée par des moines trappistes pour être consommée originellement par eux-mêmes puis vendue pour générer des fonds qui profitent à leur communauté pour l’entretien des locaux mais aussi pour soutenir des œuvres caritatives ou sociales.

Et ça fonctionne bien, il y a maintenant 10 brasseries trappistes dans le monde et chaque bière trappiste correspond à des critères définis par l’Association Internationale Trappist qui donne le droit d’arborer ou non le logo ATP pour “Authentic Trappist Product”.

Pour qu’une bière puisse recevoir ce fameux logo :

  • La bière doit être brassée à l’intérieur des murs d’une abbaye trappiste ou à proximité immédiate.
  • La brasserie doit refléter clairement tant un lien de subordination indiscutable avec le monastère Trappiste bénéficiaire que l’appartenance à la culture d’entreprise propre au projet de vie monastique. La bière doit être brassée et commercialisée par les moines trappistes ou sous leur contrôle.
  • Une partie des bénéfices est affectée à la subsistance des moines et à l’entretien du site de l’abbaye ; le reste est versé à des œuvres caritatives de la communauté monastique.

D’autres produits peuvent être fabriqué par les moines trappistes tels que des fromages, du miel, du chocolat ..

On peut trouver pas mal de produits sur le site de l’Association Internationale Trappiste : Internationale Vereniging Trappist – Home

Bière Triple

Si tu aimes les bières fortes et aromatiques, la bière triple est faite pour toi !

Pourquoi s’appelle-t-elle “triple” ?

L’histoire est très intéressante mais un peu longue alors en résumé à l’époque on se servait du même malt plusieurs fois d’affilé pour faire 3 brassins différents. Ainsi 3 bières étaient produites avec, du coup, de moins en moins de sucre au fil des brassins, donc de moins en moins d’alcool dans la bière. 3 styles différents : la plus forte (le premier brassin), une moins forte (second brassin) et la dernière plus légère (dernier brassin).

Pour repérer quel type de bière était dans les tonneaux, à une époque où peu de monde savait lire, on apposait sur ces dernières 1, 2 ou 3 croix. 3 croix pour triple, la bière la plus forte ! Cette histoire ayant été ressorti par la brasserie de l’abbaye de Westmalle dans les années 1930 à qui l’on doit la paternité du mot “Triple” dans l’univers brassicole.

La bière triple a donc une teneur en alcool plus élevée et une saveur plus complexe et intense.

En résumé :

Une bière d’abbaye n’est pas forcément trappiste mais une bière trappiste vient forcément d’une abbaye ou d’un monastère. Une bière triple n’est pas forcément d’abbaye ni trappiste. Et enfin une bière d’abbaye n’est pas forcément fabriqué au sein d’une abbaye.

Ensuite, on peut s’amuser à faire des combinaisons de chaque :

  • Une bière triple trappiste ? Westmalle Tripel
  • Une bière triple d’abbaye mais non trappiste ? Bière triple de l’abbaye de Val Dieu
  • Une bière Trappiste non triple ? la Trappist Westvleteren 6

ça peut vous intéresser

Coupe du monde de Rugby 2023

Le top des bars à tester à Lille

La réputation de Lille comme terre de bière n’est plus à faire ! Depuis le Moyen-Age, Lille est une terre hospitalière pour les brasseries. Au fil

Articles du blog

Les derniers Articles

Une question?

Si vous avez la moindre question, écrivez nous

Nous contacter